Jules Laforgue

1885

Les Complaintes

GitHub.
{p. 5}

A PAUL BOURGET §

En deuil d’un Moi-le-Magnifique
Lançant de front les cent pur-sang
De ses vingt ans tout hennissants,
Je vague, à jamais Innocent,
Par les blancs parcs ésotériques
De l’Armide Métaphysique.
Un brave bouddhiste en sa châsse.
Albe, oxydé, sans but, pervers,
Qui, du chalumeau de ses nerfs,
Se souffle gravement des vers,
En astres riches, dont la trace
Ne trouble le Temps ni l’Espace.
C’est tout. A mon temple d’ascète
Votre Nom de Lac est piqué :
Puissent mes feuilleteurs du quai,
En rentrant, se r’intoxiquer
De vosaveux, ô pur poète !
C’est la grâce que je m’souhaite.
{p. 6}
{p. 7}

PRÉLUDES AUTOBIOGRAPHIQUES §

*
* *
Soif d’infini martyre ? Extase en théorèmes
Que la création est belle, tout de même !
En voulant mettre un peu d’ordre dans ce tiroir,
Je me suis perdu par mes grands vingt ans, ce soir
De Noël gras.
Ah ! dérisoire créature !
Fleuve à reflets, où les deuils d’Unique ne durent
Pas plus que d’autres ! L’ai-je rêvé, ce Noël
Où je brûlais de pleurs noirs un mouchoir réel,
Parce que, débordant des chagrins de la Terre
Et des frères Soleils, et ne pouvant me faire
Aux monstruosités sans but et sans témoin
Du cher Tout, et bien las de me meurtrir les poings
Aux steppes du cobalt sourd, ivre-mort de doute,
Je vivotais, altéré de Nihil de toutes
Les citernes de mon Amour ?
{p. 8}
Seul, pur, songeur,
Me croyant hypertrophique ! comme un plongeur
Aux mouvants bosquets des savanes sous-marines,
J’avais roulé par les livres, bon mysogine.
Cathédrale anonyme ! en ce Paris, jardin
Obtus et chic, avec son bourgeois de Jourdain
A rêveurs ; ses vitraux fardés, ses vieux dimanches
Dans les quartiers tannés où regardent des branches
Par dessus les murs des pensionnats, et ses
Ciels trop poignants à qui l’Angélus fait : assez !
Paris qui, du plus bon bébé de la Nature,
Instaure un lexicon mal cousu de ratures.
Bon breton né sous les Tropiques, chaque soir
J’allais le long d’un quai bien nommé mon rêvoir,
Et buvant les étoiles à même : « ô Mystère !
« Quel calme chez les astres ! ce train-train sur terre !
« Est-il Quelqu’un, vers quand, à travers l’infini,
« Clamer l’universel lamasabaktani ?
« Voyons ; les cercles du Cercle, en effets et causes,
« Dans leurs incessants vortex de métamorphoses,
« Sentent pourtant, abstrait, ou, ma foi, quelque part,
« Battre un cœur ! un cœur simple ; ou veiller un Regard !
« Oh ! qu’il n’y ait personne et que Tout continue !
« Alors géhenne à fous, sans raison, sans issue !
« Et depuis les Toujours, et vers l’Éternité !
« Comment donc quelque chose a-t-il jamais été !
{p. 9}
« Que Tout se sache seul au moins, pour qu’il se tue !
« Draguant les chantiers d’étoiles, qu’un Cri se rue,
« Mort ! emballant en ses linceuls aux clapotis
« Irrévocables, ces sols d’impôts abrutis !
« Que l’Espace ait un bon haut-le-cœur et vomisse
« Le Temps nul, et ce Vin aux geysers de justice !
« Lyres des nerfs, filles des Harpes d’idéal
« Qui vibriez, aux soirs d’exil, sans songer à mal,
« Redevenez plasma ! Ni Témoin, ni spectacle !
« Chut, ultime vibration de la Débâcle,
« Et que Jamais soit Tout, bien intrinsèquement,
« Très hermétiquement, primordialement ! »
Ah ! — Le long des calvaires de la Conscience,
La Passion des mondes studieux t’encense,
Aux Orgues des Résignations, Idéal,
O Galathée aux pommiers de l’Eden-Natal !
Martyres, croix de l’Art, formules, fugues douces,
Babels d’or où le vent soigne de bonnes mousses ;
Mondes vivotant, vaguement étiquetés
De livres, sous la céleste Éternullité :
Vanité, vanité, vous dis-je ! — Oh ! moi, j’existe,
Mais où sont, maintenant, les nerfs de ce Psalmiste ?
Minuit un quart ; quels bords te voient passer, aux nuits
Anonymes, ô Nébuleuse-Mère ? Et puis,
Qu’il doit agoniser d’étoiles éprouvées,
A cette heure où Christ naît, sans feu pour leurs couvées,
Mais clamant : ô mon Dieu ! tant que, vers leur ciel mort,
{p. 10}
Une flèche de cathédrale pointe encor
Des polaires surplis ! — Ces Terres se sont tues,
Et la création fonctionne têtue !
Sans issue, elle est Tout ; et nulle autre, elle est Tout.
X en soi ? Soif à trucs ! Songe d’une nuit d’août ?
Sans le mot, nous serons revannés, ô ma Terre !
Puis tes sœurs. Et nunc et semper, Amen. Se taire.
Je veux parler au Temps ! criais-je. Oh ! quelque engrais
Anonyme ! Moi ! mon Sacré-Cœur ! — J’espérais
Qu’à ma mort, tout frémirait, du cèdre à l’hysope ;
Que ce Temps, déraillant, tomberait en syncope,
Que, pour venir jeter sur mes lèvres des fleurs,
Les Soleils très navrés détraqueraient leurs chœurs ;
Qu’un soir, du moins, mon Cri me jaillissant des moelles,
On verrait, mon Dieu, des signaux dans les étoiles ?
Puis, fou devant ce ciel qui toujours nous bouda,
Je rêvais de prêcher la fin, nom d’un Bouddha !
Oh ! pâle mutilé, d’un : qui m’aime me suive !
Faisant de leurs cités une unique Ninive,
Mener ces chers bourgeois, fouettés d’alléluias,
Au Saint-Sépulcre maternel du Nirvana !
Maintenant, je m’en lave les mains (concurrence
Vitale, l’argent, l’art, puis les lois de la France...)
Vermis sum, pulvis es ! où sont mes nerfs d’hier ?
Mes muscles de demain ? Et le terreau si fier
{p. 11}
De Mon âme, où donc était-il, il y a mille
Siècles ? et comme, incessamment, il file, file !...
Anonyme ! et pour Quoi ? — Pardon, Quelconque Loi !
L’être est forme, Brahma seul est Tout-Un en soi.
O Robe aux cannelures à jamais doriques
Où grimpent les Passions des grappes cosmiques ;
O Robe de Maïa, ô Jupe de Maman,
Je baise vos ourlets tombals éperdument !
Je sais ! la vie outrecuidante est une trêve
D’un jour au Bon Repos qui pas plus ne s’achève
Qu’il n’a commencé. Moi, ma trêve, confiant,
Je la veux cuver au sein de l’Inconscient.
Dernière crise. Deux semaines errabundes,
En tout, sans que mon Ange Gardien me réponde.
Dilemne à deux sentiers vers l’Eden des Elus :
Me laisser éponger mon Moi par l’Absolu ?
Ou bien, élixirer l’Absolu en moi-même ?
C’est passé. J’aime tout, aimant mieux que Tout m’aime.
Donc Je m’en vais flottant aux orgues sous-marins.
Par les coraux, les œufs, les bras verts, les écrins,
Dans la tourbillonnante éternelle agonie
D’un Nirvana des Danaïdes du génie !
Lacs de syncopes esthétiques ! Tunnels d’or !
Pastel défunt ! fondant sur une langue ! Mort
Mourante ivre-morte ! Et la conscience unique
Que c’est dans la Sainte Piscine ésotérique
D’un lucus à huis-clos, sans pape et sans laquais,
{p. 12}
Que J’ouvre ainsi mes riches veines à Jamais.
En attendant la mort mortelle, sans mystère,
Lors quoi l’usage veut qu’on nous cache sous terre.
Maintenant, tu n’as pas cru devoir rester coi ;
Eh bien, un cri humain ! s’il en reste un pour toi.
{p. 13}

COMPLAINTE PROPITIATOIRE

a l’Inconscient §

*
* *

Aditi.

  O Loi, qui êtes parce que Vous Êtes,
  Que Votre Nom soit la Retraite !
— Elles ! ramper vers elles d’adoration ?
Ou que sur leur misère humaine je me vautre ?
Elle m’aime, infiniment ! Non, d’occasion !
Si non moi, ce serait infiniment un autre !
  Que votre inconsciente Volonté
  Soit faite dans l’Éternité !
— Dans l’orgue qui par déchirements se châtie,
Croupir, des étés, sous les vitraux, en langueur ;
Mourir d’un attouchement de l’Eucharistie,
S’entrer un crucifix maigre et nu dans le cœur ?
{p. 14}
  Que de votre communion, nous vienne
  Notre sagesse quotidienne !
— O croisés de mon sang ! transporter les cités !
Bénir la Pâque universelle, sans salaires !
Mourir sur la Montagne, et que l’Humanité,
Aux âges d’or sans fin, me porte en scapulaires ?
  Pardonnez-nous nos offenses, nos cris.
  Comme étant d’à jamais écrits !
— Crucifier l’infini dans des toiles comme
Un mouchoir, et qu’on dise : « Oh ! l’Idéal s’est tu ! »
Formuler Tout ! En fugues sans fin dire l’Homme !
Être l’âme des arts à zones que veux-tu ?
  Non, rien ; délivrez-nous de la Pensée,
  Lèpre originelle, ivresse insensée,
    Radeau du Mal et de l’Exil ;
  Ainsi soit-il.
{p. 15}

COMPLAINTE-PLACET

de Faust fils §

*
* *
Si tu savais, maman Nature,
Comme Je m’aime en tes ennuis,
Tu m’enverrais une enfant pure,
      Chaste aux « et puis ? »
Si tu savais quelles boulettes,
Tes soleils de Panurge ! dis,
Tu mettrais le nôtre en miettes,
      En plein midi.
Si tu savais, comme la Table
De les Matières est mon fort !
Tu me prendrais comme comptable,
      Comptable à mort !
Si tu savais ! les fantaisies !
Dont Je puis être le ferment !
Tu ferais de moi ton Sosie,
      Tout simplement.
{p. 16}

COMPLAINTE

a Notre-Dame des Soirs §

*
* *
L’Extase du soleil, peuh ! La Nature, fade
Usine de sève aux lymphatiques parfums.
Mais les lacs éperdus des longs couchants défunts
Dorlotent mon voilier dans leurs plus riches rades,
      Comme un ange malade...
      O Notre-Dame des Soirs,
      Que Je vous aime sans espoir !
Lampes des mers ! blancs bizarrants ! mots à vertiges !
Axiomes in articulo mortis déduits !
Ciels vrais ! Lune aux échos dont communient les puits !
Yeux des portraits ! Soleil qui, saignant, son quadrige,
      Cabré, s’y crucifige !
      O Notre-Dame des Soirs,
      Certe, ils vont haut vos encensoirs !
{p. 17}
Eux sucent des plis dont le frou-frou les suffoque ;
Pour un regard, ils battraient du front les pavés ;
Puis s’affligent sur maint sein creux, mal abreuvés ;
Puis retournent à ces vendanges sexciproques.
      Et moi, moi Je m’en rnoque !
      Oui, Notre-Dame des Soirs,
      J’en fais, paraît-il, peine à voir.
En voyage, sur les fugitives prairies,
Vous me fuyez ; ou du ciel des eaux m’invitez ;
Ou m’agacez au tournant d’une vérité ;
Or vous ai-je encor dit votre fait, je vous prie ?
      Ah ! coquette Marie,
      Ah ! Notre-Dame des Soirs,
      C’est trop pour vos seuls Reposoirs !
Vos Rites, jalonnés de sales bibliothèques,
Ont voûté mes vingt ans, m’ont tari de chers goûts.
Verrai-je l’oasis fondant au rendez-vous,
Où... vos lèvres (dit-on !) à jamais nous dissèquent ?
      O Lune sur La Mecque !
      Notre-Dame, Notre-Dame des Soirs,
      De vrais yeux m’ont dit : au revoir !
{p. 18}

COMPLAINTE DES VOIX

sous le figuier boudhique §

*
* *

les communiantes

  Ah ! ah !
    Il neige des hosties
    De soie, anéanties !
  Ah ! ah !
  Alléluia !

les voluptantes

La lune en son halo ravagé n’est qu’un œil
Mangé de mouches, tout rayonnant des grands deuils.
Vitraux mûrs, déshérités, flagellés d’aurores,
Les Yeux Promis sont plus dans les grands deuils encore.

les paranymphes

    Les concetti du crépuscule
    Frisaient les bouquets de nos seins ;
{p. 19}
    Son haleine encore y circule,
    Et, leur félinant le satin
    Fait s’y pâmer deux renoncules.
    Devant ce Maître Hypnotiseur,
    Expirent leurs frou-frou poseurs ;
    Elles crispent leurs étamines,
    Et se rinfiltrent leurs parfums
  Avec des mines
  D’œillets défunts

les jeunes gens

Des rêves engrappés se roulaient aux collines,
Feuilles mortes portant du sang des mousselines,
Cumulus, indolents roulis, qu’un vent tremblé
Vint carder un beau soir de soifs de s’en aller !

les communiantes

  Ah ! ah !
    Il neige des cœurs
    Noués de faveurs,
  Ah ! ah !
  Alléluia !

les voluptantes

Reviens, vagir parmi mes cheveux, mes cheveux
Tièdes, Je t’y ferai des bracelets d’aveux !
{p. 20}
Entends partout les Encensoirs les plus célestes,
L’univers te garde une note unique ! reste...

les paranympmes

  C’est le nid meublé
  Par l’homme idolâtre ;
  Les vents déclassés
  Des mois près de l’âtre ;
  Rien de passager,
  Presque pas de scènes ;
  La vie est si saine,
      Quand on sait s’arranger.
  O fiancé probe,
  Commandons ma robe !
Hélas ! le bonheur est là, mais lui se dérobe...

les jeunes gens

Bestiole à chignon, Nécessaire divin,
Os de chatte, corps de lierre, chef-d’œuvre vain !
O femme, mammifère à chignon, ô fétiche,
On t’absout ; c’est un Dieu qui par tes yeux nous triche.
Beau commis voyageur, d’une Maison là-haut,
Tes yeux mentent ! ils ne nous diront pas le Mot !
Et tes pudeurs ne sont que des passes réflexes
Dont joue un Dieu très fort (Ministère des sexes).
{p. 21}
Tu peux donc nous mener au Mirage béant,
Feu-follet connu, vertugadin du Néant ;
Mais, fausse sœur, fausse humaine, fausse mortelle,
Nous t’écartèlerons de hontes sangsuelles !
Et si ta dignité se cabre ? à deux genoux,
Nous te fermerons la bouche avec des bijoux.
— Vie ou Néant ! choisir. Ah quelle discipline !
Que n’est-il un Eden entre ces deux usines ?
    Bon ; que tes doigts sentirnentals
    Aient pour nos fronts au teint d’épave
    Des condoléances qui lavent
    Et des trouvailles d’animal.
    Et qu’à jamais ainsi tu ailles,
    Le long des étouffants dortoirs,
    Égrenant les bonnes semailles,
    En inclinant ta chaste taille
    Sur les sujets de tes devoirs.
    Ah ! pour une âme trop tanguée,
    Tes baisers sont des potions
    Qui la laissent là, bien droguée,
    Et s’oubliant à te voir gaie,
    Accomplissant tes fonctions
    En point narquoise Déléguée.
{p. 22}

les communiantes

  Des ramiers
  Familiers
    Sous nos jupes palpitent !
    Doux Çakya, venez vite
    Les faire prisonniers !

le figuier

Défaillantes, les Étoiles que la lumière
Épuise, battent plus faiblement des paupières.
Le vert-luisant s’éteint à bout, l’Être pâmé
Agonise à tâtons et se meurt à jamais.
Et l’Idéal égrène en ses mains fugitives
L’éternel chapelet des planètes plaintives.
    Pauvres fous, vraiment pauvres fous !
    Puis, quand on a fait la crapule,
    On revient geindre au crépuscule,
    Roulant son front dans les genoux
    Des Saintes boudhiques Nounous.
{p. 23}

COMPLAINTE

de cette bonne lune §

*
* *

On entend les Étoiles :

  Dans l’giron
  Du Patron,
    On y danse, on y danse,
  Dans l’giron
  Du Patron,
    On y danse tous en rond.
— Là, voyons, mam’zell’ la Lune,
Ne gardons pas ainsi rancune ;
Entrez en danse, et vous aurez
Un collier de soleils dorés.
— Mon Dieu, cest à vous bien honnête,
Pour une pauvre Cendrillon ;
Mais, me suffit le médaillon
Que m’a donné ma sœur planète.
{p. 24}
— Fi ! votre Terre est un suppôt
De la Pensée ! Entrez en fête ;
Pour sùr, vous tournerez la tête
Aux astres les plus comme il faut.
— Merci, merci, je n’ai que ma mie,
Juste que je l’entends gémir !
— Vous vous trompez, c’est le soupir
Des universelles chimies !
— Mauvaises langues, taisez-vous !
Je dois veiller. Tas de traînées,
Allez courir vos guilledous !
— Va donc, rosière enfarinée !
Hé ! Notre-Dame des gens soûls,
Des filous et des loups-garous !
Metteuse en rut des vieux matous !
Coucou !
Exeunt les étoiles. Silence et Lune. On entend.
  Sous l’plafond
  Sans fond,
    On y danse, on y danse,
  Sous l’plafond
  Sans fond,
    On y danse tous en rond.
{p. 25}

COMPLAINTE DES PIANOS

qu’on entend dans les quartiers aisés §

*
* *
Menez l’âme que les Lettres ont bien nourrie,
Les pianos, les pianos, dans les quartiers aisés !
Premiers soirs, sans pardessus, chaste flânerie,
Aux complaintes des nerfs incompris ou brisés.
    Ces enfants, à quoi rêvent-elles,
    Dans les ennuis des ritournelles ?
  — « Préaux des soirs,
  Christs des dortoirs !
    « Tu t’en vas et tu nous laisses,
    Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
    Défaire et refaire ses tresses,
    Broder d’éternels canevas. »
{p. 26}
Jolie ou vague ? triste ou sage ? encore pure ?
O jours, tout m’est égal ? ou, monde, moi je veux ?
Et si vierge, du moins, de la bonne blessure,
Sachant quels gras couchants ont les plus blancs aveux ?
    Mon Dieu, à quoi donc rêvent-elles ?
    A des Roland, à des dentelles ?
  — « Cœurs en prison,
  Lentes saisons !
    « Tu t’en vas et tu nous quittes,
    Tu nous quitt’s et tu t’en vas !
    Couvents gris, chœurs de Salamites,
    Sur nos seins nuls croisons nos bras. »
Fatales clés de l’être un beau jour apparues ;
Psitt ! aux hérédités en ponctuels ferments,
Dans le bal incessant de nos étranges rues ;
Ah ! pensionnats, théâtres, journaux, romans !
    Allez, stériles ritournelles,
    La vie est vraie et criminelle.
  — « Rideaux tirés,
  Peut-on entrer ?
    « Tu t’en vas et tu nous laisses,
    Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
{p. 27}
    La source des frais rosiers baisse,
    Vraiment ! Et lui qui ne vient pas... »
Il viendra ! Vous serez les pauvres cœurs en faute,
Fiancés au remord comme aux essais sans fond,
Et les suffisants cœurs cossus, n’ayant d’autre hôte
Qu’un train-train pavoisé d’estime et de chiffons.
    Mourir ? peut-être brodent-elles,
    Pour un oncle à dot, des bretelles ?
  — « Jamais ! Jamais !
  Si tu savais !
    « Tu t’en vas et tu nous quittes,
    Tu nous quitt’s et tu t’en vas,
    Mais tu nous reviendra bien vite
    Guérir mon beau mal, n’est-ce pas ? »
Et c’est vrai ! l’Idéal les fait divaguer toutes,
Vigne bohème, même en ces quartiers aisés.
La vie est là ; le pur flacon des vives gouttes
Sera, comme il convient, d’eau propre baptisé.
    Aussi, bientôt, se joueront-elles
    De plus exactes ritournelles.
  « — Seul oreiller !
  Mur familier !
{p. 28}
    « Tu t’en vas et tu nous laisses,
    Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
    Que ne suis-je morte à la messe !
    O mois, ô linges, ô repas !
{p. 29}

COMPLAINTE

de la bonne défunte §

*
* *
Elle fuyait par l’avenue,
Je la suivais illuminé,
Ses yeux disaient : « J’ai deviné
Hélas ! que tu m’as reconnue ! »
Je la suivis illuminé !
Jeux désolés, bouche ingénue,
Pourquoi l’avais-je reconnue,
Elle, loyal rêve mort-né ?
Jeux trop mûrs, mais bouche ingénue ;
Œillet blanc, d’azur trop veiné ;
Oh ! oui, rien qu’un rêve mort-né,
Car, défunte elle est devenue.
{p. 30}
Gis, œillet, d’azur trop veiné,
La vie humaine continue
Sans toi, défunte devenue.
— Oh ! je rentrerai sans dîner !
Vrai, je ne l’ai jamais connue.
{p. 31}

COMPLAINTE

de l’orgue de barbarie §

*
* *
  Orgue, orgue de Barbarie,
  Don Quichotte, Souffre-Douleur,
  Vidasse, vidasse ton cœur,
  Ma pauvre rosse endolorie.
      Hein, étés idiots,
      Octobres malades,
      Printemps, purges fades,
      Hivers tout vieillots ?
— « Quel silence, dans la forêt d’automne,
Quand le soleil en son sang s’abandonne !
      Gaz, haillons d’affiches,
      Feu les casinos,
      Cercueils des pianos,
      Ah ! mortels postiches.
{p. 32}
— « Déjà la nuit, qu’on surveille à peine
Le frou-frou de sa titubante traîne. »
      Romans pour les quais,
      Photos élégiaques,
      Escarpins, vieux claques,
      D’un coup de balai !
— « Oh ! j’ai peur, nous avons perdu la route ;
Paul, ce bois est mal famé ! chut, écoute... »
      Végétal fidèle,
      Ève aime toujours
      LUI ! jamais pour
      Nous, jamais pour elle.
— « O ballets corrosifs ! réel, le crime ?
La lune me pardonnait dans les cimes. »
      Vêpres, Ostensoirs,
      Couchants ! Sulamites
      De province aux rites
      Exilants des soirs !
— « Ils m’ont brûlée ; et depuis, vagabonde
Au fond des bois frais, j’implore le monde. »
      Et les vents s’engueulent,
      Tout le long des nuits !
{p. 33}
      Qu’est-c’que moi j’y puis,
      Qu’est-ce donc qu’ils veulent ?
— « Je vais guérir, voyez la cicatrice,
Oh ! je ne veux pas aller à l’hospice ! »
      Des berceaux fienteux
      Aux bières de même,
      Bons couples sans gêne,
      Tournez deux à deux.
  Orgue, Orgue de Barbarie !
  Scie autant que Souffre-Douleur,
  Vidasse, vidasse ton cœur,
  Ma pauvre rosse endolorie.
{p. 34}

COMPLAINTE

d’un certain dimanche §

*
* *

Elle ne concevait pas qu’aimer fut l’ennemi d’aimer.

Sainte-Beuve. Volupté.
L’homme n’est pas méchant, ni la femme éphémère.
Ah ! fous dont au casino battent les talons,
Tout homme pleure un jour et toute femme est mère,
    Nous sommes tous filials, allons !
Mais quoi ! les Destins ont des parti-pris si tristes,
Qui font que, les uns loin des autres, l’on s’exile,
Qu’on se traite à tort et à travers d’égoïstes,
Et qu’on s’use à trouver quelque unique Evangile.
Ah ! jusqu’à ce que la nature soit bien bonne,
    Moi je veux vivre monotone.
Dans ce village en falaises, loin, vers les cloches,
Je redescends dévisagé par les enfants
Qui s’en vont faire bénir de tièdes brioches ;
    Et rentré, mon sacré-cœur se fend !
Les moineaux des vieux toits pépient à ma fenêtre,
Ils me regardent dîner, sans faim, à la carte ;
Des âmes d’amis morts les habitent peut-être ?
{p. 35}
Je leur jette du pain : comme blessés, ils partent !
Ah ! jusqu’à ce que la nature soit bien bonne,
    Moi je veux vivre monotone.
Elle est partie hier. Suis-je pas triste d’elle ?
Mais c’est vrai ! Voilà donc le fond de mon chagrin !
Oh ! ma vie est aux plis de ta jupe fidèle !
    Son mouchoir me flottait sur le Rhin....
Seul. — Le Couchant retient un moment son Quadrige
En rayons où le ballet des moucherons danse,
Puis, vers les toits fumants de la soupe, il s’afflige...
Et c’est le Soir, l’insaisissable confidence...
Ah ! jusqu’à ce que la nature soit bien bonne,
    Faudra-t-il vivre monotone ?
Que d’yeux, en éventail, en ogive, ou d’inceste,
Depuis que l’Être espère, ont réclamé leurs droits !
    O ciels, les yeux pourrissent-ils comme le reste ?
Oh ! qu’il fait seul ! oh ! fait-il froid !
Oh ! que d’après-midi d’automne à vivre encore !
Le Spleen, eunuque à froid, sur nos rêves se vautre !
Or, ne pouvant redevenir des madrépores,
O mes humains, consolons-nous les uns les autres.
Et jusqu’à ce que la nature soit bien bonne,
    Tâchons de vivre monotone.
{p. 36}

COMPLAINTE

d’un autre dimanche §

*
* *
C’était un très-au vent d’octobre paysage,
Que découpe, aujourd’hui dimanche, la fenêtre,
Avec sa jalousie en travers, hors d’usage,
Où sèche, depuis quand ! une paire de guêtres
Tachant, de deux mals blancs ce glabre paysage.
Un couchant mal bâti suppurant du livide ;
Le coin d’une buanderie aux tuiles sales ;
En plein, le Val-de-Grâce, comme un qui préside
Cinq arbres en proie à de mesquines rafales
Qui marbrent ce ciel crû de bandages livides.
Puis les squelettes des glycines aux ficelles,
En proie à des rafales encor plus mesquines !
O lendemains de noce ! ô bribes de dentelles !
Montrent-elles assez la corde, ces glycines
Recroquevillant leur agonie aux ficelles !
{p. 37}
Ah ! qu’est-ce que je fais, ici, dans cette chambre !
Des vers. Et puis, après ? ô sordide limace !
Quoi ! la vie est unique, et toi, sous ce scaphandre,
Tu te racontes sans fin, et tu te ressasses !
Seras-tu donc toujours un qui garde la chambre ?
Ce fut un bien au vent d’octobre paysage....
{p. 38}

COMPLAINTE

du fœtus de poète §

*
* *
      Blasé dis-je ! En avant,
Déchirer la nuit gluante des racines,
A travers maman, amour tout d’albumine,
Vers le plus clair ! vers l’alme et riche étamine
  D’un soleil levant !
— Chacun son tour, il est temps que je m’émancipe,
Irradiant des Limbes mon inédit type !
  En avant !
Sauvé des steppes du mucus, à la nage
Têter soleil ! et soûl de lait d’or, bavant,
Dodo à les seins dorloteurs des nuages,
  Voyageurs savants !
— A rêve que veux-tu, là-bas, je vivrai dupe
D’une âme en coup de vent dans la fraîcheur des jupes !
{p. 39}
  En avant !
Dodo sur le lait caillé des bons nuages
Dans la main de Dieu, bleue, aux mille yeux vivants
Aux pays du vin viril faire naufrage !
  Courage,
    Là, là, je me dégage....
— Et je communierai, le front vers l’Orient,
Sous les espèces des baisers inconscients !
  En avant !
Cogne, glas des nuits ! filtre, soleil solide !
Adieu, forêts d’aquarium qui, me couvant,
Avez mis ce levain dans ma chrysalide !
      Mais j’ai froid ? En avant !
  Ah ! maman....
Vous, Madame, allaitez le plus longtemps possible
Et du plus Seul de vous ce pauvre enfant-terrible.
{p. 40}

COMPLAINTE

des pubertés difficiles §

*
* *
Un éléphant de Jade, œil mi-clos souriant,
Méditait sous la riche éternelle pendule,
Bon boudha d’exilé qui trouve ridicule
Qu’on pleure vers les Nils des couchants d’Orient,
    Quand bave notre crépuscule.
    Mais, sot Eden de Florian,
En un vase de Sèvre où de fins bergers fades
S’offrent des bouquets bleus et des moutons frisés,
Un œillet expirait ses pubères baisers
Sous la trompe sans flair de l’éléphant de Jade.
    A ces bergers peints de pommade
Dans le lait, à ce couple impuissant d’opéra
Transi jusqu’au trépas en la pâte de Sèvres,
Un gros petit dieu Pan venu de Tanagra
Tendait ses bras tout inconscients et ses lèvres.
{p. 41}
    Sourds aux vanités de Paris,
    Les lauriers fanés des tentures,
    Les mascarons d’or des lambris,
    Les bouquins aux pâles reliures
    Tournoyaient par la pièce obscure,
    Chantant, sans orgueil, sans mépris :
« Tout est frais dès qu’on veut comprendre la Nature. »
Mais lui, cabré devant ces soirs accoutumés,
Où montait la gaîté des enfants de son âge,
Seul au balcon, disait, les yeux brûlés de rages :
« J’ai du génie, enfin : nulle ne veut m’aimer ! »
{p. 42}

COMPLAINTE

de la fin des journées §

*
* *
Vous qui passez, oyez donc un pauvre être,
Chassé des Simples qu’on peut reconnaître
Soignant, las, quelque œillet à leur fenêtre !
      Passants, hâtifs passants,
Oh ! qui veut visiter les palais de mes sens ?
  Maint ciboires
  De déboires.
  Un encor !
Ah ! l’enfant qui vit de ce nom, poète !
Il se rêvait, seul, pansant Philoctète
Aux nuits de Lemnos ; ou, loin, grêle ascète.
      Et des vers aux moineaux,
Par le lycée en vacances, sous les préaux !
  Offertoire.
  En mémoire
  D’un consort.
{p. 43}
Mon Dieu, que tout fait signe de se taire !
Mon Dieu, qu’on est follement solitaire !
Où sont tes yeux, premier dieu de la Terre
  Qui ravala ce cri :
« Têtue Eternité ! je m’en vais incompris... » ?
  Pauvre histoire !
  Transitoire
  Passe-port ?
J’ai dit : mon Dieu. La terre est orpheline
Aux ciels, parmi les séminaires des Routines.
Va, suis quelque robe de mousseline...
      — Inconsciente Loi,
Faites que ce crachoir s’éloigne un peu de moi !
  Vomitoire
  De la Foire,
  C’est la mort.
{p. 44}

COMPLAINTE DE LA VIGIE

aux minuits polaires §

*
* *
Le Globe, vers l’aimant,
Chemine exactement,
Tinté de mers si bleues,
De cités tout en toits,
De réseaux de convois
Qui grignottent des lieues.
O ma côte en sanglots !
Pas loin de Saint-Malo,
Un bourg fumeux vivotte,
Qui tient sous son clocher,
Ou grince un coq perché,
L’Ex-Voto d’un pilote !
Aux cierges, au vitrail,
D’un autel en corail,
Une jeune Madone
Tend, d’un air ébaubi,
{p. 45}
Un beau cœur de rubis
Qui se meurt et rayonne !
Un gros cœur tout en sang,
Un bon cœur ruisselant,
Qui, du soir à l’aurore,
Et de l’aurore au soir,
Se meurt, de ne pouvoir
Saigner, ah ! saigner plus encore !
{p. 46}

COMPLAINTE DE LA LUNE

en province §

*
* *
Ah ! la belle pleine Lune,
Grosse comme une fortune !
La retraite sonne au loin,
Un passant, monsieur l’adjoint ;
Un clavecin joue en face,
Un chat traverse la place :
La province qui s’endort !
Plaquant un dernier accord,
Le piano clot sa fenêtre.
Quelle heure peut-il bien être ?
Calme Lune, quel exil !
Faut-il dire : ainsi soit-il ?
{p. 47}
Lune, ô dilettante Lune,
A tous les climats commune,
Tu vis hier le Missouri,
Et les remparts de Paris,
Les fiords bleus de la Norwège,
Les pôles, les mers, que sais-je ?
Lune heureuse ! ainsi tu vois,
A cette heure, le convoi
De son voyage de noce !
Ils sont partis pour l’Écosse.
Quel panneau, si, cet hiver,
Elle eût pris au mot mes vers !
Lune, vagabonde Lune,
Faisons cause et mœurs communes ?
O riches nuits ! je me meurs,
La province dans le cœur !
Et la lune a, bonne vieille,
Du coton dans les oreilles.
{p. 48}

COMPLAINTE DES PRINTEMPS §

*
* *
    Permettez, ô sirène,
    Voici que votre haleine
    Embaume la verveine ;
    C’est l’printemps qui s’amène !
— Ce système, en effet, ramène le printemps,
Avec son impudent cortège d’excitants.
    Otez donc ces mitaines ;
    Et n’ayez, inhumaine,
    Que mes soupirs pour traîne :
    Ous’qu’il y a de la gêne....
— Ah ! yeux bleus méditant sur l’ennui de leur art !
Et vous, jeunes divins, aux soirs crus de hasard !
    Du géant à la naine,
    Vois, tout bon sire entraîne
{p. 49}
    Quelque contemporaine,
    Prendre l’air, par hygiène...
— Mais vous saignez ainsi pour l’amour de l’exil !
Pour l’amour de l’Amour ! D’ailleurs, ainsi soit-il...
    T’ai-je fait de la peine ?
    Oh ! viens vers les fontaines
    Où tournent les phalènes
    Des Nuits Elyséennes !
— Pimbêche aux yeux vaincus, bellâtre aux beaux jarrets
Donnez votre fumier à la fleur du Regret.
    Voilà que son haleine
    N’embaum’ plus la verveine !
    Drôle de phénomène...
    Hein, à l’année prochaine ?
— Vierges d’hier, ce soir traîneuses de fœtus,
A genoux ! voici l’heure où se plaint l’Angélus.
    Nous n’irons plus aux bois,
    Les pins sont éternels,
    Les cors ont des appels !...
    Neiges des pâles mois,
    Vous serez mon missel !
    — Jusqu’au jour de dégel.
{p. 50}

COMPLAINTE

de l’automne monotone §

*
* *
  Automne, automne, adieux de l’Adieu !
  La tisane bout, noyant mon feu ;
      Le vent s’époumonne
A reverdir la bûche où mon grand cœur tisonne
      Est-il de vrais yeux ?
  Nulle ne songe à m’aimer un peu.
  Milieux aptères,
  Ou sans divans ;
  Regards levants,
  Deuils solitaires
  Vers des Sectaires !
  Le vent, la pluie, oh ! lèvent, la pluie !
  Antigone, écartez mon rideau ;
      Cet ex-ciel tout suie,
Fond-il decrescendo, statu quo, crescendo ?
{p. 51}
      Le vent qui s’ennuie,
  Retourne-t-il bien les parapluies ?
  Amours, gibiers !
  Aux jours de givre,
  Rêver sans livre,
  Dans les terriers
  Chauds de fumiers !
  Plages, chemins de fer, ciels, bois morts,
  Bâteaux croupis dans les feuilles d’or,
      Le quart aux étoiles,
Paris grasseyant par chic aux prises de voiles :
      De trop poignants cors
  M’ont hallalisé ces chers décors.
  Meurtres, alertes,
  Rêves ingrats !
  En croix, les bras ;
  Roses ouvertes,
  Divines pertes !
  Le soleil mort, tout nous abandonne.
  Il se crut incompris. Qu’il est loin !
      Vent pauvre, aiguillonne
Ces convois de martyrs se prenant à témoins !
      La terre, si bonne,
  S’en va, pour sûr, passer cet automne.
{p. 52}
  Nuits sous-marines !
  Pourpres forêts,
  Torrents de frais,
  Bancs en gésines,
  Tout s’illumine !
— Allons, fumons une pipette de tabac,
En feuilletant un de ces si veux almanachs,
En rêvant de la petite qui unirait
Aux charmes de l’œillet ceux du chardonneret.
{p. 53}

COMPLAINTE

de L’ANGE incurable §

*
* *
Je t’expire mes Cœurs bien barbouillés de cendres ;
Vent esquinté de toux des paysages tendres !
Où vont les gants d’avril, et les rames d’antan ?
L’âme des hérons fous sanglote sur l’étang.
  Et vous, tendres
  D’antan ?
Le hoche-queue pépie aux écluses gelées ;
L’amante va, fouettée aux plaintes des allées.
Sais-tu bien, folle pure, où sans châle tu vas ?
— Passant oublié des yeux gais, j’aime là-bas...
  — En allées
  Là-bas !
{p. 54}
Le long des marbriers (Encore un beau commerce !)
Patauge aux défoncés un convoi, sous l’averse.
Un trou, qu’asperge un prêtre âgé qui se morfond,
Bâille à ce libéré de l’être ; et voici qu’on
  Le déverse
  Au fond.
Les moulins décharnés, ailes hier allègres,
Vois, s’en font les grands bras du haut des coteaux maigres
Ci-gît n’importe qui. Seras-tu différent,
Diaphane d’amour, ô Chevalier-Errant ?
  Claque, ô maigre
  Errant !
Hurler avec les loups, aimer nos demoiselles,
Serrer ces mains sauçant dans de vagues vaisselles !
Mon pauvre vieux, il le faut pourtant ! et puis, va,
Vivre est encor le meilleur parti ici-bas.
  Non ! vaiselles
  D’ici-bas !
Au-delà plus sûr que la Vérité ! des ailes
D’Hostie ivre et ravie aux cités sensuelles !
{p. 55}
Quoi ? Ni Dieu, ni l’art, ni ma Sœur Fidèle ; mais
Des ailes ! par le blanc suffoquant ! à jamais,
  Ah ! des ailes
  A jamais !
— Tant il est vrai que la saison dite d’automne
N’est aux cœurs mal fichus rien moins que folichonne.
{p. 56}

COMPLAINTE

des nostalgies préhistoriques §

*
* *
La nuit bruine sur les villes.
Mal repu des gains machinals,
On dîne ; et, gonflé d’idéal,
Chacun sirote son idylle,
    Ou furtive, ou facile.
Echos des grands soirs primitifs !
Couchants aux flambantes usines,
Rude paix des sols en gésine,
Cri jailli là-bas d’un massif,
    Violuptés à vif !
Dégringolant une vallée,
Heurter, dans des coquelicots,
Une enfant bestiale et brûlée
Qui suce, en blaguant les échos,
    De jûteux abricots.
{p. 57}
Livrer aux langueurs des soirées
Sa toison où du cristal luit,
Pourlécher ses lèvres sucrées,
Nous barbouiller le corps de fruits
    Et lutter comme essui !
Un moment, béer, sans rien dire,
Inquiets d’une étoile là-haut ;
Puis, sans but, bien gentils satyres,
Nous prendre aux premiers sanglots
    Fraternels des crapauds.
Et, nous délèvrant de l’extase,
Oh ! devant la lune en son plein,
Là-bas, comme un bloc de topaze,
Fous, nous renverser sur les reins,
    Riant, battant des mains !
La nuit bruine sur les villes :
Se raser le masque, s’orner
D’un frac deuil, avec art dîner,
Puis, parmi des vierges débiles,
    Prendre un air imbécile.
{p. 58}

AUTRE COMPLAINTE

de l’Orgue de Barbarie §

*
* *
  Prolixe et monocorde,
  Le vent dolent des nuits
  Rabâche ses ennuis,
  Veut se pendre à la corde
      Des puits ! et puis ?
      Miséricorde !
— Voyons, qu’est-ce que je veux
Rien. Je suis-t-il malhûreux !
  Oui, les phares aspergent
  Les côtes en sanglots,
  Mais les volets sont clos
  Aux veilleuses des vierges,
      Orgue au galop,
      Larmes des cierges !
— Après ? qu’est-ce qu’on y peut
— Rien. Je suis-t-il malhûreux !
{p. 59}
  Vous, fidèle madone,
  Laissez ! Ai-je assisté,
  Moi, votre puberté ?
  O jours où Dieu tâtonne,
      Passants d’été,
      Pistes d’automne !
— Eh bien ! aimerais-tu mieux...
— Rien. Je suis-t-il malhûreux !
  Cultes, Littératures,
  Yeux chauds, lointains ou gais,
  Infinis au rabais,
  Tout train-train, rien qui dure,
      Oh ! à jamais
      Des créatures !
— Ah ! ça qu’est-ce que je veux ?
— Rien. Je suis-t-il malhûreux !
  Bagnes des pauvres bêtes,
  Tarifs d’alléluias,
  Mortes aux camélias,
  Oh ! lendemain de fête
      Et paria,
      Vrai, des planètes !
— Enfin ! quels sont donc tes veux ?
— Nuls. Je suis-t-il malhûreux !
{p. 60}
  La nuit monte, armistice
  Des cités, des labours.
  Mais il n’est pas, bon sourd,
  En ton digne exercice,
      De raison pour
      Que tu finisses ?
— Bien sûr. C’est ce que je veux.
Ah ! Je suis-t-il malhûreux !
{p. 61}

COMPLAINTE

du pauvre Chevalier-Errant §

*
* *
  Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
  Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
  Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme,
      Labyrinthes alanguis,
  Edens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
  Instincts-levants souriant par les fentes,
  Méditations un doigt à la tempe,
  Souvenirs clignotant comme des lampes,
      Et, battant les corridors,
  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords.
  Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches,
  Et verrez comme, à votre mine franche,
  Viendront à vous mes biches les plus blanches,
{p. 62}
      Mes ibis sacrés, mes chats,
  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats.
  Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
  O ma Tout-universelle orpheline,
  Au fond de chapelles de mousseline
      Pâle, ou jonquille à pois noirs,
  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
  Nous organiserons de ces parties !
  Mes caresses, naïvement serties,
  Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
      Aux amandes de tes seins !
  O tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins
  Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
  Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
  Tu condimentes mes piments mystiques,
      J’assaisonne tes saisons ;
  Nous blasons,
A force d’étapes sur nos collines, l’Horizon !
  Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
  O mers, ô volières de ma Mémoire !
  Sans compter les passes évocatoires !
{p. 63}
      Et quand tu t’endormiras,
  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
  Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
  Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
  Afin qu’à peine un prétexte te reste
      De froncer tes chers sourcils,
  Ce souci :
« Ah ! suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? »
  — Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
  Et je repars avec ma folle affiche,
  Boniment incompris, piteux sandiviche :
      Au Bon Chevalier-Errant,
  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
{p. 64}

COMPLAINTE

des formalités nuptiales §

*
* *

lui

Allons, vous prendrez froid.

elle

Non ; je suis un peu lasse.
Je voudrais écouter toujours ce cor de chasse !

lui

Dis, veux-tu te vêtir de mon Être éperdu ?

elle

Tu le sais ; mais il fait si pur à la fenêtre....
{p. 65}

lui

Ah ! tes yeux m’ont trahi l’Idéal à connaître ;
Et je le veux, de tout l’univers de mon être !
Dis, veux-tu ?

elle

Devant cet univers, aussi, je me veux femme ;
C’est pourquoi tu le sais. Mais quoi ! ne m’as-tu pas
Prise toute déjà ? par tes yeux, sans combats !
A la messe, au moment du grand Alléluia,
  N’as-tu pas eu mon âme ?

lui

Oui ; mais l’Unique Loi veut que notre serment
Soit baptisé des roses de ta croix nouvelle ;
Tes yeux se font mortels, mais ton destin m’appelle,
Car il sait que, pour naître aux moissons mutuelles,
Je dois te caresser bien singulièrement :
Vous verrez mon palais ! vous verrez quelle vie !
J’ai de gros lexicons et des photographies,
  De l’eau, des fruits, maints tabacs
  Moi, plus naïf qu’hypocondre,
  Vibrant de tact à me fondre,
  Trempé dans les célibats.
{p. 66}
  Bon et grand comme les bêtes,
  Pointilleux mais emballé,
  Inconscient mais esthète,
  Oh ! veux-tu nous en aller
  Vers les pôles dont vous êtes ?
Vous verrez mes voiliers ! vous verrez mes jongleurs !
Vous soignerez les fleurs de mon bateau de fleurs.
Vous verrez qu’il y en a plus que je n’en étale,
Et quels violets gros deuil sont ma couleur locale,
Et que mes yeux sont ces vases d’Election
Des Danaïdes où sans fin nous puiserions !
  Des prairies adorables,
  Loin des muffles des gens ;
  Et, sous les ciels changeants,
  Maint hamacs incassables !
  Dans les jardins
  De nos instincts
  Allons cueilir
  De quoi guérir...
Cuirassés des calus de mainte expérience,
Ne mettant qu’en mes yeux leurs lettres de créance,
{p. 67}
Les orgues de mes sens se feront vos martyrs
Vers des cieux sans échos étoilés à mourir !

elle

Tu le sais ; mais tout est si décevant ! ces choses
Me poignent, après tout, d’un infaillible émoi !
Raconte-moi ta vie, ou bien étourdis-moi.
Car je me sens obscure, et, je ne sais pourquoi,
Je me compare aux fleurs injustement écloses....

lui

Tu verras, c’est un rêve. Et tu t’éveilleras
Guérie enfin du mal de pousser solitaire.
Puis, ma fine convalescente du Mystère,
On vous soignera bien, nuit et jour, seuls sur terre.
Tu verras ?

elle

Tu le sais. Ah ! — si tu savais ! car tu m’as prise !
Rien au-delà ! avec tes yeux, qui me suffisent.
Oui, tes yeux francs seront désormais mon église.
      Avec nos regards seulement,
      Alors, scellons notre serment ?

lui

Allons, endormez-vous, mortelle fiancée.
Là, dans mes bras loyaux, sur mon grand cœur bercée,
{p. 68}
Suffoquez aux parfums de l’unique pensée
Que la vie est sincère et m’a fait le plus fort,

elle

Tiens, on n’entend plus ce cor ; vous savez, ce cor...

lui

L’Ange des Loyautés l’a baisée aux deux tempes ;
Elle dort maintenant dans l’angle de ma lampe.
O Nuit,
Fais-toi lointaine
Avec ta traîne
Qui bruit !
O défaillance universelle !
Mon unique va naître aux moissons mutuelles !
Pour les fortes roses de l’amour
Elle va perdre, lys pubère,
Ses nuances si solitaires,
Pour être, à son tour,
Dame d’atour
De Maïa !
Alléluia !
{p. 69}

COMPLAINTE

des blackboulés §

*
* *
« Ni vous, ni votre art, monsieur. » C’était un dimanche,
  Vous savez où.
  A vos genoux,
Je suffoquai, suintant de longues larmes blanches.
L’orchestre du jardin jouait ce « si tu m’aimes »
  Que vous savez ;
  Et je m’en vais
Depuis, et pour toujours, m’exilant sur ce thème.
Et toujours, ce refus si monstrueux m’effraie
  Et me confond
  Pour vous au fond,
Si Regard-Incarné ! si moi-même ! si vraie !
Dieu. — Maintenant, voici ce que je vous souhaite,
  Puisque, après tout,
  En ce soir d’août,
Vous avez craché vers l’Art, par dessus ma tête.
{p. 70}
Vieille et chauve à vingt ans, sois prise pour une autre,
  Et sans raison,
  Mise en prison,
Très loin, et qu’un geôlier, sur toi, des ans, se vautre.
Puis, passe à Charenton, parmi de vagues folles.
  Avec Paris
  Là-bas, fleuri,
Ah ! rêve trop beau ! Paris où je me console.
Et demande à manger, et qu’alors on confonde !
  Qu’on croie à ton
  Refus ! et qu’on
Te nourrisse, horreur ! horreur ! horreur ! à la sonde.
La sonde t’entre par le nez, Dieu vous bénisse !
  A bas, les mains !
  Et le bon vin,
Le lait, les œufs te gavent par cet orifice.
Et qu’après bien des ans de cette facétie,
  Un interne (aux
  Regards loyaux !)
Se trompe de conduit ! et verse, et t’asphyxie.
Et voilà ce que moi, guéri, je vous souhaite,
  Cœur rose, pour
  Avoir un jour
Craché sur l’Art ! l’Art pur ! sans compter le poète.
{p. 71}

COMPLAINTE

des consolations §

*
* *

Quia voluit consolari

Ses yeux ne me voient pas, son corps serait jaloux ;
Elle m’a dit : « monsieur... » en m’enterrant d’un geste ;
Elle est Tout, l’univers moderne et le céleste.
Soit ! draguons donc Paris, et ravitaillons-nous,
      Tant bien que mal, du reste.
Les Landes sans espoir de ses regards brûlés,
Semblaient parfois des paons prêts à mettre à la voile...
Sans chercher à me consoler vers les étoiles,
Ah ! Je trouverai bien deux yeux aussi sans clés,
      Au Louvre, en quelque toile !
Oh ! qu’incultes, ses airs, rêvant dans la prison
D’un cant sur le qui-vive au travers de nos hontes !...
Mais, en m’appliquant bien, moi dont la foi démonte
Les jours, les ciels, les nuits, dans les quatre saisons
      Je trouverai mon compte.
{p. 72}
Sa bouche ! à moi, ce pli pudiquement martyr
Où s’aigrissent des nostalgies de nostalgies !
Eh bien, j’irai parfois, très sincère vigie,
Du haut de Notre-Dame aider l’aube, au sortir
      De passables orgies.
Mais, Tout va la reprendre ! — Alors Tout m’en absout.
Mais, Elle est ton bonheur ! — Non ! je suis trop immense
Trop chose. Comment donc ! mais ma seule présence
Ici-bas, vraie à s’y mirer, est l’air de Tout :
      De la Femme au Silence !
{p. 73}

COMPLAINTE

des bons ménages §

*
* *
L’Art sans poitrine m’a trop longtemps bercé dupe.
Si ses labours sont fiers, que ses blés décevants !
Tiens, laisse-moi bêler tout aux plis de ta jupe
      Qui fleure le couvent.
Le Génie avec, moi, serf, a fait des manières ;
Toi, jupe, fais frou-frou, sans t’inquiéter pourquoi,
Sois l’œillet bleu de ciel de l’unique théière,
      Sois-toi même, à part moi.
Je veux être pendu, si tu n’es pas discrète
Et comme il faut, vraiment ! Et d’ailleurs tu m’es tout.
Tiens, j’aimerai les plissés de ta colerette
      Sans en venir à bout.
Mais l’Art, c’est l’Inconnu ! qu’on y dorme et s’y vautre,
On peut ne pas l’avoir constamment sur les bras !
Eh bien, ménage au vent ! Soyons Lui, Elle et l’Autre.
      Et puis, n’insistons pas.
{p. 74}

COMPLAINTE

de Lord Pierrot §

*
* *
      Au clair de la lune,
      Mon ami Pierrot,
      Filons, en costume,
      Présider là-haut !
      Ma cervelle est morte,
      Que le Christ l’emporte !
      Béons à la Lune,
      La bouche en zéro.
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes.
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.)
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ;
Oui, je suis en taille douce, comme une estampe.
{p. 75}
  Vénus, énorme comme le Régent,
  Déjà se pâme à l’horizon des grèves ;
  Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens.
  De s’étourdir en longs trilles de rêves !
  Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
  Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
  En costume blanc, je ferai le cygne,
  Après nous le Déluge, ô ma Léda !
  Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux.
  Que tu grelottes en rires affreux,
  Hop ! enlevons sur les horizons fades
  Les menuets de nos pantalonades !
  Tiens ! l’Univers
  Est à l’envers...
      — Tout cela vous honore,
      Lord Pierrot, mais encore ?
— Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir !
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
    D’ici là, qu’il me soit permis
    De vivre de vieux compromis.
      Où commence, où finit l’humaine
      Ou la divine dignité ?
{p. 76}
      Jonglons avec les entités,
      Pierrot s’agite et Tout le mène !
      Laissez faire, laissez passer ;
      Laissez passer, et laissez faire :
      Le semblable, c’est le contraire,
      Et l’univers c’est pas assez !
      Et je me sens, ayant pour cible
      Adopté la vie impossible,
      De moins en moins localisé !
      — Tout cela vous honore,
      Lord Pierrot, mais encore ?
      — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
      Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères !
      Les pauvres Vénus bocagères
      Ont la roupie à leur nez grec !
      — Oh ! de moins en moins drôle ;
      Pierrot sait mal son rôle ?
— J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ;
      Sûr d’aller, ma vie entière,
      Malheureux comme les pierres. (Bis.)
{p. 77}

AUTRE COMPLAINTE

de Lord Pierrot §

*
* *
Celle qui doit me mettre au courant de la Femme !
Nous lui dirons d’abord, de mon air le moins froid :
« La somme des angles d’un triangle, chère âme,
      « Est égale à deux droits. »
Et si ce cri lui part : « Dieu de Dieu que je t’aime ! »
— « Dieu reconnaîtra les siens. » Ou piquée au vif :
— « Mes claviers ont du cœur, tu seras mon seul thème
      Moi : « Tout est relatif. »
De tous ses yeux, alors ! se sentant trop banale :
« Ah ! tu ne m’aimes pas ; tant d’autres sont jaloux ! »
Et moi, d’un œil qui vers l’Inconscient s’emballe :
      « Merci, pas mal ; et vous ? »
— « Jouons au plus fidèle ! » — « A quoi bon, ô Nature !
« Autant à qui perd gagne ! » Alors, autre couplet :
{p. 78}
— « Ah ! tu te lasseras le premier, j’en suis sûre... »
      — « Après vous, s’il vous plaît. »
Enfin, si, par un soir, elle meurt dans mes livres,
Douce ; feignant de n’en pas croire encor mes yeux,
J’aurai un : « Ah ! ça, mais, nous avions De Quoi vivre !
      « C’était donc sérieux ? »
{p. 79}

COMPLAINTE

sur certains ennuis §

*
* *
Un couchant des Cosmogonies !
Ah ! que la Vie est quotidienne....
Et, du plus vrai qu’on se souvienne,
Comme on fut piètre et sans génie....
On voudrait s’avouer des choses,
Dont on s’étonnerait en route,
Qui feraient une fois pour toutes !
Qu’on s’entendrait à travers poses.
On voudrait saigner le Silence,
Secouer l’exil des causeries ;
Et non ! ces dames sont aigries
Par des questions de préséance.
Elles boudent là, l’air capable.
Et, sous le ciel, plus d’un s’explique,
{p. 80}
Par quel gâchis suresthétiques
Ces êtres-là sont adorables.
Justement, une nous appelle,
Pour l’aider à chercher sa bague,
Perdue (où dans ce terrain vague ?)
Un souvenir d’amour, dit-elle !
Ces êtres-là sont adorables !
{p. 81}

COMPLAINTE

des Noces de Pierrot §

*
* *
Où te flatter pour boire dieu,
Ma provisoire corybante ?
Je sauce mon âme en tes yeux,
Je ceins ta beauté pénitente,
Où donc vis-tu ? Moi si pieux,
    Que tu m’es lente, lente !
Tes cils m’insinuent : c’en est trop
Et leurs calices vont se clore,
Sans me jeter leur dernier mot,
Et refouler mes métaphores,
De leur petit air comme il faut ?
    Isis, levez le store !
Car cette fois, c’est pour de bon ;
Trop d’avrils, quittant la partie
{p. 82}
Devant des charmes moribonds,
J’ai bâclé notre eucharistie
Sous les trépieds où ne répond
    Qu’une aveugle Pythie !
Ton tabernacle est dévasté ?
Sois sage, distraite égoïste !
D’ailleurs, suppôt d’éternité,
Le spleen de tout ce qui s’existe
Veut qu’en ce blanc matin d’été,
    Je sois ton exorciste !
Ainsi, fustigeons ces airs plats
Et ces dolentes pantomimes
Couvrant d’avance du vieux glas
Mes tocsins à l’hostie ultime !
Ah ! tu me comprends n’est-ce pas,
    Toi, ma moins pauvre rime ?
Introïbo, voici l’Époux !
Hallali ! songe au pôle, aspire ;
Je t’achèterai des bijoux,
Garde moi ton ut de martyre...
Quoi ! bébé bercé, c’est donc tout ?
    Tu n’as plus rien à dire ?
— Mon dieu, mon dieu ! je n’ai rien eu,
J’en suis encore aux poncifs thèmes !
{p. 83}
Son teint me redevient connu,
Et, sur son front tout au baptême,
Aube déjà l’air ingénu !
L’air vrai ! l’air non mortel quand même !
    Ce qui fait que je l’aime,
  Et qu’elle est même, vraiment,
      La chapelle rose
      Où parfois j’expose
      Le Saint-Sacrement
  De mon humeur du moment.
{p. 84}

COMPLAINTE

du vent qui s’ennuie la nuit §

*
* *
Ta fleur se fane, ô fiancée ?
Oh ! gardes-en encore un peu
La corolle qu’a conpulsée
Un soir d’ennui trop studieux !
Le vent des toits qui pleure et rage,
Dans ses assauts et ses remords,
Sied au nostalgique naufrage
Où m’a jeté ta Toison-d’Or.
      Le vent assiège,
  Dans sa tour,
      Le sortilège
  De l’Amour ;
      Et, pris au piège,
      Le sacrilège
      Geint sans retour.
{p. 85}
Ainsi, mon Idéal sans bride
T’ubiquitait de ses sanglots,
O calice loyal mais vide
Qui jouais à me rester clos !
Ainsi dans la nuit investie,
Sur tes pétales décevants,
L’Ange fileur d’eucharisties
S’afflige tout le long du vent.
      Le vent assiège,
  Dans sa tour,
      Le sortilège
  De l’Amour,
      Et, pris au piège,
  Le sacrilège,
      Geint sans retour.
O toi qu’un remords fait si morte,
Qu’il m’est incurable, en tes yeux,
D’écouter se morfondre aux portes
Le vent aux étendards de cieux !
Rideaux verts de notre hypogée,
Marbre banal du lavabo,
Votre hébétude ravagée
Est le miroir de mon tombeau.
      O vent, allège
  Ton discours
{p. 86}
      Des vains cortèges
  De l’humour ;
      Je rentre au piège,
      Peut-être y vais-je,
      Tuer l’Amour !
{p. 87}

COMPLAINTE

du pauvre corps humain §

*
* *
L’Homme et sa compagne sont serfs
De corps, tourbillonnants cloaques
Aux mailles de harpes de nerfs
Serves de tout et que détraque
Un fier répertoire d’attaques.
    Voyez l’homme, voyez !
    Si ça n’ fait pas pitié !
Propre et correct en ses ressorts,
S’assaisonnant. de modes vaines,
Il s’admire, ce brave corps,
Et s’endimanche pour sa peine,
Quand il a bien sué la semaine.
    Et sa compagne ! allons,
    Ma bell’, nous nous valons.
{p. 88}
Faudrait le voir, touchant et nu
Dans un décor d’oiseaux, de roses ;
Ses tics réflexes d’ingénu,
Ses plis pris de mondaines poses ;
Bref, sur beau fond vert, sa chlorose,
    Voyez l’Homme, voyez !
    Si ça n’fait pas pitié !
Les Vertus et les Voluptés
Détraquant d’un rien sa machine,
Il ne vit que pour disputer
Ce domaine à rentes divines
Aux lois de mort qui le taquinent.
    Et sa compagne ! allons,
    Ma bell’, nous nous valons.
Il se soutient de mets pleins d’art,
Se drogue, se tond, se parfume,
Se truffe tant, qu’il meurt trop tard ;
Et la cuisine se résume
En mille infections posthumes.
    Oh ! ce couple, voyez !
    Non, ça fait trop pitié.
Mais ce microbe subversif
Ne compte pas pour la Substance,
{p. 89}
Dont les déluges corrosifs
Renoient vite pour l’Innocence
Ces fols germes de conscience.
    Nature est sans pitié
    Pour son petit dernier.
{p. 90}

COMPLAINTE DU ROI DE THULÉ §

*
* *
Il était un roi de Thulé,
      Immaculé,
Qui, loin des jupes et des choses,
Pleurait sur la métempsychose
      Des lys en roses,
      Et quel palais !
Ses fleurs dormant, il s’en allait,
      Traînant des clés,
Broder aux seuls yeux des étoiles,
Sur une tour, un certain Voile
      De vive toile,
      Aux nuits de lait !
Quand le voile fut bien ourlé,
      Loin de Thulé,
{p. 91}
Il rama fort sur les mers grises,
Vers le soleil qui s’agonise,
      Féerique Église !
      Il ululait :
« Soleil-crevant, encore un jour,
Vous avez tendu votre phare
Aux holocaustes vivipares,
Du culte qu’ils nomment l’Amour.
« Et comme, devant la nuit fauve,
Vous vous sentez défaillir,
D’un dernier flot d’un sang martyr
Vous lavez le seuil de l’Alcôve !
« Soleil ! Soleil ! moi je descends
Vers vos navrants palais polaires.
Dorloter dans ce Saint-Suaire
      Votre cœur bien en sang,
      En le berçant ! »
Il dit, et, le Voile étendu,
      Tout éperdu,
Vers les coraux et les naufrages,
Le roi raillé des doux corsages,
      Beau comme un Mage
      Est descendu !
{p. 92}
Braves amants ! aux nuits de lait,
      Tournez vos clés !
Une ombre, d’amour pur transie,
Viendrait vous gémir cette scie :
« Il était un roi de Thulé
      Immaculé... »
{p. 93}

COMPLAINTE

du soir des comices agricoles §

*
* *
Deux royaux cors de chasse ont encore un duo
  Aux échos,
Quelques fusées reniflent s’étouffer là-haut !
    Allez, allez, gens de la noce,
    Qu’on s’en donne une fière bosse !
Et comme le jour naît, que bientôt il faudra,
  A deux bras,
Peiner, se recrotter dans les labours ingrats,
    Allez, allez, gens que vous êtes,
    C’est pas tous les jours jour de fête !
Ce violon incompris pleure au pays natal,
  Loin du bal,
Et le piston risque un appel vers l’Idéal...
{p. 94}
    Mais le flageolet les rappelle,
    Et allez donc, mâl’s et femelles !
Un couple erre parmi les rêves des grillons,
  Aux sillons ;
La fille écoute en tourmentant son médaillon.
    Laissez, laissez, ô cors de chasse,
    Puisque c’est le sort de la race.
Les beaux cors se sont morts ; mais cependant qu’au loin,
  Dans les foins,
Crèvent deux rêves niais, sans maire et sans adjoint.
    Pintez, dansez, gens de la Terre,
    Tout est un triste et vieux Mystère.
— Ah ! le Premier que prit ce besoin insensé
  De danser
Sur ce monde enfantin dans l’Inconnu lancé !
    O Terre, ô terre, ô race humaine,
    Vous me faites bien de la peine.
{p. 95}

COMPLAINTE DES CLOCHES §

*
* *

Dimanche, à Liège.

    Bin bam, bin bain,
  Les cloches, les cloches,
Chansons en l’air, pauvres reproches !
    Bin bam, bin bam,
  Les cloches en Brabant !
Petits et gros, clochers en fête,
De l’hôpital à l’Évêché,
Dans ce bon ciel endimanché,
Se carillonnent, et s’entêtent,
  A tue-tête ! à tue-tête !
Bons vitraux, saignez impuissants
Aux allégresses hosannahlles
Des orgues lâchant leurs pédales,
Les tuyaux bouchés par l’encens !
  Car il descend ! il descend !
{p. 96}
Voici les lentes oriflammes
Où flottent la Vierge et les Saints !
Les cloches, leur battant des mains,
S’étourdissent en jeunes gammes
Hymniclames ! hymniclames !
Va, Globe aux studieux pourchas,
Où Dieu à peine encor s’épèle !
Bondis, Jérusalem nouvelle,
Vers les nuits grosses de rachats,
  Où les lys ! ne filent pas !
Edens mûrs, Unique Bohème !
Nous, les beaux anges effrénés ;
Elles, des Regards incarnés,
Pouvant nous chanter, sans blasphème :
  Que je t’aime ! pour moi-même !
Oui, les cloches viennent de loin !
Oui, oui, l’Idéal les fit fondre
Pour rendre les gens hypocondres,
Vêtus de noir, tendant le poing
  Vers un Témoin ! Un Témoin !
Ah ! cœur-battant, cogne à tue-tête
Vers ce ciel niais endimanché !
Clame, à jaillir de ton clocher,
Et nous retombe à jamais BÊTE.
  Quelle fête ! quelle fête !
{p. 97}
    Bin bam, bin bam,
  Les cloches ! les cloches !
Chansons en l’air, pauvres reproches !
    Bin bam, bin bam,
  Les cloches en Brabant !1
{p. 98}

COMPLAINTE DES GRANDS PINS

dans une villa abandonnée §

*
* *

A Bade

Tout hier, le soleil a boudé dans ses brumes,
Le vent jusqu’au matin n’a pas décoléré,
Mais, nous point des coteaux là-bas, un œil sacré
Qui va vous bousculer ces paquets de bitume !
    — Ah ! vous m’avez trop, trop vanné,
    Bals de diamants, hanches roses ;
    Et, bien sûr, je n’étais pas né
  Pour ces choses.
— Le vent jusqu’au matin n’a pas décoléré.
Oh ! ces quintes de toux d’un chaos bien posthume,
    — Prés et bois vendus ! Que de gens,
    Qui me tenaient mes gants, serviles,
{p. 99}
    A cette heure, de mes argents,
  Font des piles !
— Délayant en ciels bas ces paquets de bitume
Qui grimpaient talonnés de noirs Misérérés !
    — Elles, coudes nus dans les fruits,
    Riant, changeant de doigts leurs bagues ;
    Comme nos plages et nos nuits
  Leur sont vagues !
— Oh ! ces quintes de toux d’un chaos bien posthume !
Chantons comme Memnon, le soleil a filtré,
    — Et moi, je suis dans ce lit cru
    De chambre d’hôtel, fade chambre,
    Seul, battu dans les vents bourrus
  De novembre.
— Qui, consolant des vents les noirs Misérérés,
Des nuages en fuite éponge au loin l’écume.
    — Berthe aux sages yeux de lilas,
    Qui priais Dieu que je revinsse,
    Que fais-tu, mariée là-bas,
  En province ?
{p. 100}
— Memnons, ventriloquons ! le cher astre a filtré
Et le voilà qui tout authentique s’exhume !
    — Oh ! quel vent ! adieu tout sommeil ;
    Mon Dieu, que je suis bien malade !
    Oh ! notre croisée au soleil
  Bon, à Bade.
— Il rompt ses digues ! vers les grands labours qui fument !
Saint Sacrement ! et Labanim des Nox iræ !
    — Et bientôt, seul, je m’en irai,
    A Montmartre, en cinquième classe,
    Loin de père et mère, enterrés
  En Alsace.
{p. 101}

COMPLAINTE

sur certains temps déplacés §

*
* *
De couchant de sang est taché
Comme un tablier de boucher ;
Oh ! qui veut aussi m’écorcher !
— Maintenant c’est comme une rade !
Ça vous fait le cœur tout nomade,
A cingler vers mille Lusiades !
Passez, ô nuptials appels,
Vers les comptoirs, les Archipels
Où l’on mastique le bétel !
Je n’aurai jamais d’aventures ;
Qu’il est petit, dans la Nature,
Le chemin d’fer Paris-Ceinture !
{p. 102}
— V’là le fontainier ! il si file l’air
(Connu) du bon roi Dagobert ;
Oh ! ces matins d’avril en mer !
— Le vent galope ventre à terre,
En vain voudrait-on le fair’ taire !
Ah ! nom de Dieu quelle misère !
— Le Soleil est mirobolant
Comme un poitrail de chambellan,
J’en demeure les bras ballants ;
Mais jugez si ça m’importune,
Je rêvais en plein de lagunes
De Venise au clair de la lune !
— Vrai ! la vie est pour les badauds ;
Quand on a du dieu sous la peau,
On cuve ça sans dire mot.
L’obélisque quadrangulaire,
De mon spleen monte ; j’y digère,
En stylite, ce gros Mystère.
{p. 103}

COMPLAINTE

des condoléances au soleil §

*
* *
Décidément, bien don Quichotte et pas peu sale,
Ta Police, ô Soleil ! malgré tes grands Levers,
Et tes couchants des beaux Sept-Glaives abreuvés,
Rosaces en sang d’une aveugle Cathédrale !
Sans trêve, aux spleens d’amour sonner des hallalis !
Car, depuis que, majeur, ton fils calcule et pose,
Labarum des glaciers ! fais-tu donc autre chose
Que chasser devant toi des dupes de leurs lits ?
Certe, dès qu’aux rideaux aubadent tes fanfares,
Ces piteux d’infini, clignant de gluants deuils,
Rhabillent leurs tombeaux, en se cachant de l’œil
Qui cautérise les citernes les plus rares !
Mais tu ne te dis pas que, là bas, bon Soleil,
L’autre moitié n’attendait que ta défaillance,
{p. 104}
Et déjà se remet à ses expériences,
Alléguant quoi ? la nuit, l’usage, le sommeil....
Or, à notre guichet, tu n’es pas mort encore,
Pour aller fustiger de rayons ces mortels,
Que nos bateaux sans fleurs rerâlent vers leurs ciels
D’où pleurent des remparts brodés contre l’aurore !
Alcôve des Danaïdes, triste astre ! — Et puis,
Ces jours où, tes fureurs ayant fait les nuages,
Tu vas, sans pouvoir les percer, blême de rage
De savoir seul et tout à ses aises l’Ennui !
Entre nous donc, bien don Quichotte, et pas moins sale,
Ta Police, ô Soleil, malgré tes grands Levers,
Et tes couchants des beaux Sept-Glaives abreuvés,
Rosaces en sang d’une aveugle Cathédrale !
{p. 105}

COMPLAINTE

de l’oubli des morts §

*
* *
Mesdames et Messieurs,
Vous dont la mère est morte,
C’est le bon fossoyeux
Qui gratte à votre porte.
  Les morts
      C’est sous terre ;
      Ça n’en sort
  Guère.
Vous fumez dans vos bocks,
Vous soldez quelque idylle,
Là bas chante le coq,
Pauvres morts hors des villes !
Grand-papa se penchait,
Là, le doigt sur la tempe,
{p. 106}
Sœur faisait du crochet,
Mère montait la lampe.
  Les morts
      C’est discret,
  Ça dort
      Trop au frais.
Vous avez bien dîné
Comment va cette affaire ?
Ah ! les petits mort-nés
Ne se dorlotent guère !
Notez, d’un trait égal,
Au livre de la caisse,
Entre deux frais de bal :
Entretien tombe et messe.
  C’est gai,
      Cette vie ;
      Hein, ma mie
  O gué ?
Mesdames et Messieurs,
Vous dont la sœur est morte,
Ouvrez au fossoyeux
Qui claque à votre porte ;
{p. 107}
Si vous n’avez pitié,
Il viendra (sans rancune)
Vous tirer par les pieds,
Une nuit de grand’lune !
  Importun
  Vent qui rage !
  Les défunts ?
  Ça voyage....
{p. 108}

COMPLAINTE

du pauvre jeune homme §

*
* *

Sur l’air populaire :

« Quand le bonhomm’ revint du bois. »

Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il prit à deux mains son vieux crâne,
Qui de science était un puits !
  Crâne,
      Riche crâne,
Entends-tu la Folie qui plane ?
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondon !
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Il entendit de tristes gammes,
Qu’un piano pleurait dans la nuit !
  Gammes,
      Vieilles gammes,
{p. 109}
Ensemble, enfants, nous vous cherchâmes !
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondaine,
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondon !
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il mit le nez dans sa belle âme,
Où fermentaient des tas d’ennuis !
  Ame,
      Ma belle âme,
Leur huile est trop sal’ pour ta flamme !
Puis, nuit partout ! lors, à quoi bon ?
Digue dondaine, digue dondaine,
Puis, nuit partout ! lors, à quoi bon ?
Digue dondaine, digue dondon !
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il vit que sa charmante femme,
Avait déménagé sans lui !
  Dame,
      Notre-Dame,
Je n’aurai pas un mot de blâme !
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon2
{p. 110}
Digue dondaine, digue dondaine,
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon,
Digue dondaine, digue doudou.
Lors, ce jeune homme aux tels ennuis,
Lors, ce jeune homme aux tels ennuis ;
Alla décrocher une lame,
Qu’on lui avait fait cadeau avec l’étui !
  Lame,
      Fine lame,
Soyez plus droite que la femme !
Et vous, mon Dieu, pardon ! pardon !
Digue dondaine, digue dondaine,
Et vous, mon Dieu, pardon ! pardon !
Digue dondaine, digue dondon !
Quand les croq’morts vinrent chez lui,
Quand les croq’morts vinrent chez lui ;
Ils virent qu’ c’était un’ belle âme,
Comme on n’en fait plus aujourd’hui !
  Ame,
      Dors, belle âme !
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondon !
{p. 111}

COMPLAINTE

de l’Époux outragé §

*
* *

Sur l’air populaire :

« Qu’allais-tu faire à la fontaine ? »

— Qu’alliez-vous faire à la Mad’leine,
      Corbleu, ma moitié,
Qu’alliez-vous faire à la Mad’leine ?
— J’allais prier pour qu’un fils nous vienne,
      Mon Dieu, mon ami ;
J’allais prier pour qu’un fils nous vienne.
— Vous vous teniez dans un coin, debout,
      Corbleu, ma moitié !
Vous vous teniez dans un coin debout.
— Pas d’chaise économis’ trois sous,
      Mon Dieu, mon ami ;
Pas d’chaise économis trois sous.
{p. 112}
— D’un officier, j’ai vu la tournure,
      Corbleu, ma moitié !
D’un officier, j’ai vu la tournure.
— C’était ce Christ grandeur nature,
      Mon Dieu, mon ami ;
C’était ce Christ grandeur nature.
— Les Christs n’ont pas la croix d’honneur,
      Corbleu, ma moitié !
Les Christs n’ont pas la croix d’honneur.
— C’était la plaie du Calvaire, au cœur,
      Mon Dieu, mon ami ;
C’était la plaie du Calvaire au cœur.
— Les Christs n’ont qu’au flanc seul la plaie,
      Corbleu, ma moitié !
Les Christs n’ont qu’au flanc seul la plaie !
— C’était une goutte envolée,
      Mon Dieu, mon ami ;
C’était une goutte envolée.
— Aux Crucifix on n’parl’ jamais,
      Corbleu, ma moitié !
Aux Crucifix on n’parl’ jamais ?
{p. 113}
— C’était du trop d’amour qu’ j’avais,
      Mon Dieu, mon ami,
C’était du trop d’amour qu’ j’avais !
— Et moi j’te brûl’rai la cervelle,
      Corbleu, ma moitié,
Et moi j’te brûl’rai la cervelle !
Lui, il aura mon âme immortelle,
      Mon Dieu, mon ami,
Lui, il aura mon âme immortelle !
{p. 114}

COMPLAINTE

variations sur le mot « falot, falotte » §

*
* *
      Falot, falotte !
Sous l’aigre averse qui clapote,
Un chien aboie aux feux-follets,
Et puis se noie, taïaut, taïaut !
La Lune, voyant ces ballets,
      Rit à Pierrot !
      Falot ! falot !
      Falot, falotte !
Un train perdu, dans la nuit, stope
Par les avalanches bloqué ;
Il siffle au loin ! et les petiots
Croient ouïr les méchants hoquets
      D’un grand crapaud !
      Falot, falot !
{p. 115}
      Falot, falotte !
La danse du bateau-pilote,
Sous l’œil d’or du phare, en péril !
Et sur les steamers, les galops
Des vents filtrant leurs longs exils
      Par les hublots !
      Falot, falot !
      Falot, falotte !
La petite vieille qui trotte,
Par les bois aux temps pluvieux,
Cassée en deux sous le fagot
Qui réchauffera de son mieux
      Son vieux fricot !
      Falot, falot !
      Falot, falotte !
Sous sa lanterne qui tremblotte,
Le fermier dans son potager
S’en vient cueillir des escargots,
Et c’est une étoile au berger
      Rêvant là haut !
      Falot, falot !
      Falot, falotte !
Le lumignon au vent toussotte,
Dans son cornet de gras papier ;
Mais le passant en son pal’tot
{p. 116}
O mandarines des Janviers,
      File au galop !
      Falot, falot !
      Falot, falotte !
Un chiffonnier va sous sa hotte ;
Un réverbère près d’un mur
Où se cogne un vague soûlaud,
Qui l’embrasse comme un pur,
      Avec des mots !
      Falot, falot !
      Falot, falotte !
Et c’est ma belle âme en ribotte,
Qui se sirote et se fait mal,
Et fait avec ses grands sanglots,
Sur les beaux lacs de l’Idéal
      Des ronds dans l’eau !
      Falot, falot !
{p. 117}

COMPLAINTE DU TEMPS

et de sa commère l’espace §

*
* *
Je tends mes poignets universels dont aucun
N’est le droit ou le gauche, et l’Espace, dans un
Va-et-vient giratoire, y détrame les toiles
D’azur pleines de cocons à fœtus d’Étoiles.
Et nous nous blasons tant, je ne sais où, les deux
Indissolubles nuits aux orgues vaniteux
De nos pores à Soleils, où toute cellule
Chante : Moi ! Moi ! puis s’éparpille, ridicule !
Elle est l’infini sans fin, je deviens le temps
Infaillible. C’est pourquoi nous nous perdons tant.
Où sommes-nous ? Pourquoi ? Pour que Dieu s’accomplisse ?
Mais l’Eternité n’y a pas suffi ! Calice
Inconscient, où tout cœur crevé se résout,
Extrais-nous donc alors de ce néant trop tout !
Que tu fisses de nous seulement une flamme,
Un vrai sanglot mortel, la moindre goutte dame !
{p. 118}
Mais nous baillons de toute la force de nos
Touts, sûrs de la surdité des humains échos.
Que ne suis-je indivisible ! Et toi, douce Espace,
Où sont les steppes de tes seins, que j’y rêvasse ?
Quand t’ai-je fécondée ? Oh ! ce dut
Être un spasme intéressant ! Mais quel fut mon but ?
Je t’ai, tu nias. Mais où ? Partant, toujours. Extase
Sur laquelle, quand on est le Temps, on se blase.
Or, voilà des spleens infinis que je suis en
Voyage vers ta bouche, et pas plus à présent
Que toujours, je ne sens la fleur triomphatrice
Qui flotte, m’as-tu dit, au seuil de ta matrice.
Abstraites amours ! quel infini mitoyen
Tourne entre nos deux Touts ? Sommes nous deux ? ou bien,
(Tais-toi si tu ne me peux me prouver à outrance,
Illico, le fondement de la connaissance,
Et, par ce chant : Pensée, Objet, Identité !
Souffler le Doute, songe d’un siècle d’été.)
Suis-je à jamais un solitaire Hermaphrodite,
Comme le Ver Solitaire, ô ma Sulamite ?
Ma complainte n’a pas eu de commencement,
Que je sache, et n’aura nulle fin ; autrement,
Je serais l’anachronisme absolu. Pullule
Donc, azur possédé du mètre et du pendule !
O Source du Possible, alimente à jamais
Des pollens des soleils d’exil, et de l’engrais
{p. 119}
Des chaotiques hécatombes, l’automate
Universel où pas une loi ne se hâte.
Nuls à tout, sauf aux rares mystiques éclairs
Des Élus, nous restons les deux miroirs d’éther
Réfléchissant, jusqu’à la mort de ces Mystères,
Leurs Nuits que l’Amour distrait de fleurs éphémères.
{p. 120}

GRANDE COMPLAINTE

de la ville de paris

PROSE BLANCHE §

Bonne gens qui m’écoute, c’est Paris, Charenton compris. Maison fondée en... à louer. Médailles à toutes les expositions et des mentions. Bail immortel. Chantiers en gros et en détail de bonheurs sur mesure. Fournisseurs breveté d’un tas de majestés. Maison recommandé. Prévient la chute des cheveux. En loteries ! Envoie en province. Pas de morte-saison. Abonnements. Dépôt, sans garantie de l’humanité, des ennuis les plus comme il faut et d’occasion. Facilités de paiement, mais de l’argent. De l’argent, bonne gens !

{p. 121}

Et ça se ravitaille, import et export, par vingt gares et douanes. Que tristes, sous la pluie, les trains de marchandise ! A vous, dieux, chasublerie, ameublements d’église, dragées pour baptêmes, le culte est au troisième, clientèle ineffable ! Amour, à toi, des maisons d’or aux hospices dont les langes et loques feront le papier des billets doux à monogrammes, trousseaux et layettes, seules eaux alcalines reconstituantes, ô chlorose ! bijoux de sérail, falbalas, tramways, miroirs de poches, romances ! Et à l’antipode, qu’y fait-on ? Ça travaille, pour que Paris se ravitaille....

D’ailleurs, des moindres pavés, monte le Lotus Tact. En bataille rangée, les deux sexes, toilettés à la mode des passants, mangeant dans le ruolz ! Aux commis, des Niobisruoldes ; des faunesses aux Christs. Et sous les futaies seigneuriales des jardins très-publics, martyrs niaisant et vestales minaudières faisant d’un clin d’œil l’article pour l’Idéal et Cie (Maison vague, là haut), mais d’elles-mêmes absentes, pour sûr. Ah ! l’Homme est un singulier monsieur ; et elle, sa voix de {p. 122} quel front désert ! D’ailleurs avec du tact...

Mais l’inextirpable élite, d’où ? pour où ? Maisons de blanc : pompes voluptiales ; maisons de deuil : spleenuosités, rancœurs à la carte. Et les banlieues adoptives, humus teigneux, haridelles paissant bris de vaisselles, tessons, semelles, de profil sur l’horizon des remparts. Et la pluie ! trois torchons à une claire-voie de mansarde. Un chien aboie à un ballon là haut. Et des coins claustrals, cloches exilescentes des dies irœmissibles. Couchants d’aquarelliste distinguée, ou de lapidaire en liquidation. Génie au prix de fabrique, et ces jeunes gens s’entraînent en auto-litanies et formules vaines, par vaines cigarettes. Que les vingt-quatre heures vont vite à la discrète élite !...

Mais les cris publics reprennent. Avis important ! l’Amortissable a fléchi, ferme le Panama. Enchères, experts. Avances sur titres cotés ou non cotés, achats de nu-propriétés, de viagers, d’usufruit ; avances sur successions ouvertes et autres ; indicateurs, annuaires, étrennes. Voyages circulaires à {p. 123}prix réduits. Madame Ludovic prédit l’avenir de 2 à 4. Jouets Au Paradis des enfants et accessoires pour cotillons aux grandes personnes. Grand choix de principes à l’épreuve. Encore des cris ! Seul dépôt ! soupers de centième ! Machines cylindriques Marinoni ! Tout garanti, tout pour rien ! Ah ! la rapidité de la vie aussi seul dépôt....

Des mois, les ans, calendriers d’occasion. Et l’automne s’engrandeuille au bois de Boulogne, l’hiver gèle les fricots des pauvres aux assiettes sans fleurs peintes, Mai purge, la canicule aux brises frivoles des plages fane les toilettes coûteuses. Puis, comme nous existons dans l’existence où l’on paie comptant, s’amènent ces messieurs courtois des Pompes Funèbres, autopsies et convois salués sous la vieille Monotopaze du soleil. Et l’histoire va toujours dressant, raturant ses Tables criblées de piteux idem, — ô Bilan, va quelconque ! ô Bilan, va quelconque...

{p. 124}

COMPLAINTE DES MOUNIS

du Mont-Martre §

*
* *
Dire que, sans filtrer d’un divin Cœur,
Un air divin, et qui veut que tout s’aime,
      S’in-Pan-filtre, et sème
Ces vols d’oasis folles de blasphèmes
Vivant pour toucher quelque part un Cœur...
    Un tic-tac froid rit en nos poches,
    Chronomètres, réveils, coucous ;
    Faut remonter ces beaux joujoux,
    Œufs à heures, mouches du coche,
    Là haut s’éparpillant en cloches...
  Voici le soir,
  Grince, musique
  Hypertrophique
  Des remontoirs !
{p. 125}
Dire que Tout est un Très-Sourd Mystère ;
Et que le Temps, qu’on ne sait où saisir,
  Oui, pour l’avertir !
Sarcle à jamais les bons soleils martyrs,
O laps sans digues des nuits du Mystère !...
    Allez, coucous, réveils, pendules ;
    Escadrons d’insectes d’acier,
    En un concert bien familier,
    Jouez sans fin des mandibules,
    L’Homme a besoin qu’on le stimule !
  Sûrs, chaque soir,
  De la musique,
  Hypertrophique
  Des remontoirs !
Moucherons, valseurs d’un soir de soleil,
Vous, tout comme nous, nerfs de la nature,
  Vous n’avez point cure
De ce que peut être cette aventure :
Les mondes penseurs s’errant au Soleil !
    Triturant bien l’heure en secondes,
    En trois mil six-cents coups de dents,
    De nos parts au gâteau du Temps
    Ne faites qu’un hachis immonde
    Devant lequel on se morfonde !
{p. 126}
  Sûrs, chaque soir,
  De la musique
  Hypertrophique
  Des remontoirs !
Où le trouver, ce Temps, pour lui tout dire,
Lui mettre le nez dans son Œuvre, un peu !
  Et cesser ce jeu !
C’est vrai, la Métaphysique de Dieu
Et ses amours sont infinis ! — mais, dire...
    Ah ! plus d’heure ? fleurir sans âge ?
    Voir les tableaux lents des Saisons
    Régir l’écran des horizons,
    Comme autant de belles images
    D’un même Aujourd’hui qui voyage ?
  Voici le soir !
  Grince, musique,
  Hypertrophique
  Des remontoirs !
{p. 127}

COMPLAINTE-LITANIES

de mon Sacré-Cœur §

*
* *
Promethée et Vautour, châtiment et blasphème,
Mon Cœur, cancer sans cœur, se grignotte lui-même.
Mon Cœur est une urne où j’ai mis certains défunts,
Oh ! chut, refrains de leurs berceaux ! et vous, parfums..
Mon Cœur est un lexique où cent littératures
Se lardent sans répit de divines ratures.
Mon Cœur est un désert altéré, bien que soûl
De ce vin revomi, l’universel dégoût.
Mon Cœur est un Néron, enfant gâté d’Asie,
Qui d’empires de rêve en vain se rassasie.
Mon Cœur est un nové vidé d’âme et d’essors,
Qu’étreint la pieuvre Spleen en ses ventouses d’or.
{p. 128}
C’est un feu d’artifice hélas ! qu’avant la fête,
A noyé sans retour l’averse qui s’embête.
Mon Cœur est le terrestre Histoire-Corbillard,
Que traînent au néant l’instinct et le hasard.
Mon Cœur est une horloge oubliée à demeure,
Qui, me sachant défunt, s’obstine à sonner l’heure !
Mon aimée était là, toute à me consoler ;
Je l’ai trop fait souffrir, ça ne peut plus aller.
Mon Cœur, plongé au Styx de nos arts danaïdes,
Présente à tout baiser une armure de vide.
Et toujours, mon Cœur, ayant ainsi déclamé,
En revient à sa complainte : Aimer, être aimé !
{p. 129}

COMPLAINTE

des débats mélancoliques et littéraires §

*
* *

On peut encore aimer, mais confier toute son âme est un bonheur qu’on ne retrouvera plus.

Corinne ou l’Italie.
Le long d’un ciel crépusculâtre,
Une cloche angéluse en paix
L’air exilescent et marâtre
Qui ne pardonnera jamais.
Paissant des débris de vaiselle,
Là-bas, au talus des remparts,
Se profile une haridelle
Convalescente ; il se fait tard.
Qui m’aima jamais ? Je m’entête
Sur ce refrain bien impuissant,
Sans songer que je suis bien bête
De me faire du mauvais sang.
{p. 130}
Je possède un propre physique,
Un cœur d’enfant bien élevé,
Et pour un cerveau magnifique
Le mien n’est pas mal, vous savez !
Eh bien, ayant pleuré l’Histoire,
J’ai voulu vivre un brin heureux ;
C’était trop demander, faut croire ;
J’avais l’air de parler hébreux.
Ah ! tiens, mon cœur, de grâce, laisse !
Lorsque j’y songe, en vérité,
J’en ai des sueurs de faiblesse,
A choir dans la malpropreté.
Le cœur me piaffe de génie
Eperdûment pourtant, mon Dieu !
Et si quelqu’une veut ma vie,
Moi je ne demande pas mieux !
Eh va, pauvre âme véhémente !
Plonge, être, en leurs Jourdains blasés,
Deux frictions de vie courante
T’auront bien vite exorcisé.
Hélas, qui peut m’en répondre !
Tenez, peut-être savez-vous
{p. 131}
Ce que c’est qu’une âme hypocondre ?
J’en suis une dans les prix doux.
O Hélène, j’erre en ma chambre ;
Et tandis que tu prends le thé,
Là-bas, dans l’or d’un fier septembre,
Je frissonne de tous mes membres,
En m’inquiétant de ta santé.
Tandis que, d’un autre côté....
{p. 132}

COMPLAINTE

d’une convalescence en mai §

*
* *

Nous n’avons su toutes ces choses qu’après sa mort.

Vie de Pascal par Mme Perier.
Convalescent au lit, ancré de courbatures,
Je me plains aux dessins bleus de ma couverture,
Las de reconstituer dans l’art du jour baissant
Cette dame d’en face auscultant les passants :
Si la Mort, de son van, avait chose mon être,
En serait-elle moins, ce soir, à sa fenêtre ?...
Oh ! mort, tout mort ! au plus jamais, au vrai néant
Des nuits où piaule en longs regrets le chant-huant !
Et voilà que mon Ame est tout hallucinée !
Puis s’abat, sans avoir fixé sa destinée.
{p. 133}
Ah ! que de soirs de mai pareils à celui-ci ;
Que la vie est égale ; et le cœur endurci !
Je me sens fou d’un tas de petites misères.
Mais maintenant, je sais ce qu’il me reste à faire.
Qui m’a jamais rêvé ? Je voudrais le savoir !
Elles vous sourient avec âme, et puis bonsoir,
Ni vu ni connu. Et les voilà qui rebrodent
Le canevas ingrat de leur âme à la mode ;
Fraîches à tous, et puis reprenant leur air sec
Pour les christs déclassés et autres gens suspects
Et pourtant, le béni grand bol de lait de ferme
Que me serait un baiser sur sa bouche ferme !
Je ne veux accuser personne, bien qu’on eût
Pu, ce me semble, mon bon cœur étant connu...
N’est-ce pas ; nous savons ce qu’il nous reste à faire,
O Cœur d’or pétri d’aromates littéraires,
Et toi, cerveau confit dans l’alcool de l’Orgueil !
Et qu’il faut procéder d’abord par demi-deuils...
Primo : mes grandes angoisses métaphysiques
Sont passées à l’état de chagrins domestiques ;
{p. 134}
Deux ou trois spleens locaux, — Ah ! pitié, voyager
Du moins, pendant un an ou deux à l’étranger...
Plonger mon front dans l’eau des mers, aux matinées
Torrides, m’en aller à petites journées,
Compter les clochers, puis m’asseoir, ayant très chaud,
Aveuglé des maisons peintes au lait de chaux...
Dans les Indes du Rêve aux pacifiques Ganges,
Que j’en ai des comptoirs, des hamacs de rechange !
— Voici l’œuf à la coque et la lampe du soir.
Convalescence bien folle, comme on peut voir.
{p. 135}

COMPLAINTE

du Sage de Paris §

*
* *
Aimer, uniquement, ces jupes éphémères ?
Autant dire aux soleils : fêtez vos centenaires.
Mais tu peux déguster, dans leurs jardins d’un jour,
Comme à cette dînette unique Tout concourt ;
Déguster, en menant les rites réciproques,
Les trucs Inconscients dans leur œuf, à la coque.
Soit en pontifiant, avec toute ta foi
D’Exécuteur des hautes-œuvres de la Loi ;
Soit en vivisectant ces claviers anonymes,
Pour l’art, sans espérer leur ut d’hostie ultime.
Car, crois pas que l’hostie où dort ton paradis
Sera d’une farine aux levains inédits.
{p. 136}
Mais quoi, leurs yeux sont tout ! et puis la nappe est mise,
Et l’Orgue juvénile à l’aveugle improvise..
Et, sans noce, voyage, curieux, colis,
Cancans, et fadeur d’hôpital du même lit,
Mais pour avoir des vitraux tiers à domicile,
Vivre à deux seuls est encor le moins imbécile.
Vois-la donc, comme d’ailleurs, et loyalement,
Les passants, les mots, les choses, les firmaments.
Vendange chez les arts enfantins ; sois en fête
D’une fugue, d’un mot, d’un ton, d’un air de tête.
La science, outre qu’elle ne peut rien savoir,
Trouve, tels les ballons, l’irrespirable Noir.
Ne force jamais tes pouvoirs de Créature,
Tout est écrit et vrai, rien n’est contre-nature.
Vivre et peser selon le Beau, le Bien, le Vrai ?
O parfums, ô regards, ô fois ! soit, j’essaierai ;
Mais, tel Brennus avec son épée, et d’avance,
Suis-je pas dans l’un des plateaux de la balance ?
Des casiers de bureau, le Beau, le Vrai, le Bien ;
Rime et sois grand, la Loi reconnaîtra les siens.
{p. 137}
Ah ! demaillotte-toi, mon enfant, de ces langes
D’Occident ! va faire une pleine eau dans le Gange.
La logique, la morale, c’est, vite dit ;
Mais ! gisements d’instincts, virtuels paradis,
Nuit des hérédités et limbes des latences !
Actif ? passif ? ô pelouses des Défaillances,
Tamis de pores ! Et les bas-fonds sous-marins,
Infini sans foyer, forêt vierge à tous crins !
Pour voir, jetez la sonde, ou plongez sous la cloche ;
Oh ! les velléités, les anguilles sous roche,
Les polypes sournois attendant l’hameçon,
Les vœux sans état-civil, ni chair, ni poisson !
Les guanos à Geysers, les astres en syncope,
Et les métaux qui font loucher nos spectroscopes !
Une capsule éclate, un monde de facteurs
En prurit, s’éparpille assiéger les hauteurs ;
D’autres titubent sous les butins génitoires,
Ou font un feu d’enfer dans leurs laboratoires !
Allez ! laissez passer, laissez faire ; l’Amour
Reconnaîtra les siens : il est aveugle et sourd.
{p. 138}
Car la vie innombrable va, vannant les germes
Aux concurrences des êtres sans droits, sans terme.
Vivottez et passez, à la grâce de Tout ;
Et voilà la piété, l’amour et le bon goût.
L’Insconscient, c’est l’Eden-Levant que tout saigne ;
Si la Terre ne veut sécher, qu’elle s’y baigne !
C’est la grande Nounou où nous nous aimerions
A la grâce des divines sélections.
C’est le Tout-Vrai, l’Omniversel Ombelliforme
Mancenilier, sous qui, mes bébés, faut qu’on dorme !
(Nos découvertes scientifiques étant
Ses feuilles mortes, qui tombent de temps en temps.)
Là, sur des oreillers d’étiquettes d’éthiques,
Lévite félin aux égaux ronrons lyriques,
Sans songer : « Suis-je-moi ? Tout est si compliqué !
« Où serais-je à présent, pour tel coche manqué ? »
Sans colère, rire, ou pathos, d’une foi pâle,
Aux riches flirtations des pompes argutiales,
Mais sans rite emprunté, car c’est bien malséant,
Sirote chaque jour ta tasse de néant ;
{p. 139}
Lavé comme une hostie, en quelconques costumes
Blancs ou deuil, bref calice au vent qu’un rien parfume.
— « Mais, tout est un rire à la Justice ! et d’où vient
Mon cœur, ah ! mon sacré-cœur, s’il ne rime à rien ? »
— Du calme et des fleurs. Peu t’importe de connaître
Ce que tu fus, dans l’à jamais, avant de naître ?
Eh bien, que l’autre éternité qui, Très-Sans-Toi,
Grouillera, te laisse aussi pieusement froid.
Quant à ta mort, l’éclair aveugle en est en route
Qui saura te choser, va, sans que tu t’en doutes.
— « Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra ! »
— Mais ton cercueil sera sa mort ! etc....
Allons, tu m’as compris. Va, que ta seule étude
Soit de vivre sans but, fou de mansuétude.
{p. 140}

COMPLAINTE DES COMPLAINTES §

*
* *
Maintenant ! pourquoi ces complaintes ?
Gerbes d’ailleurs d’un défunt Moi
Où l’ivraie art mange la foi ?
Sot tabernacle où je m’éteinte
A cultiver des roses peintes ?
Pourtant ménage et sainte-table !
Ah ! ces complaintes incurables,
      Pourquoi ? pourquoi ?
Puis, Gens à qui les fugues vraies
Que crie, au fond, ma riche voix
— N’est-ce pas, qu’on les sent parfois ? —
Attoucheraient sous leurs ivraies
Les violettes d’une Foi,
Vous passerez, imperméables
A mes complaintes incurables ?
      Pourquoi ? pourquoi ?
{p. 141}
Chut ! tout est bien, rien ne s’étonne.
Fleuris, ô Terre d’occasion,
Vers les mirages des Sions !
Et nous, sous l’Art qui nous bâtonne,
Sisyphes par persuasion,
Flûtant des christ les vaines fables,
Au cabestan de l’incurable
      Pourquoi ! — Pourquoi ?
{p. 142}

COMPLAINTE-ÉPITAPHE §

*
* *
  La Femme,
  Mon âme :
  Ah ! quels
  Appels !
  Pastels
  Mortels,
  Qu’un blâme
  Mes gammes !
  Un fou
  S’avance,
  Et danse.
  Silence...
  Lui, où ?
  Coucou.